La seule journée paisible, c'était hier...

Le Segmentum Pacificus est l'un des cinq Segmentae Majoris composant l'Imperium de l'humanité. Situé à l'Ouest galactique de Terra, sa Forteresse Segmentaire est Hydraphur.

Image
Avatar du membre
Taille Tallgott
Messages : 49
Enregistré le : 09 juin 2018, 06:25

Re: La seule journée paisible, c'était hier...

Message par Taille Tallgott » 21 juil. 2019, 17:53

- Feth ! je l'avais pas venue venir celle-là !

Taille était honteuse de ne pas avoir repéré la tourelle automatique, mettant ainsi en danger le reste de l'escouade, au moins faute de ne pas les avoir prévenus à temps, elle et le sergent avaient attirée sont attention, permettant au reste du groupe d'éliminer la menace ce qui n'était en soit pas un échec.

Tout ne se passait pas comme prévus apparemment l'astroport était entièrement tombé aux mains de l'ennemi qui avaient déjà reprogrammer les défenses automatiques du site, la suite de la mission semblait incertaine.

Les éclaireurs avaient à peine eu le temps de se remettre de la fusillade que la seconde mauvaise nouvelle de la nuit était tombée. La deuxième escouade était entrée en contact avec l'ennemi,et pas des moindre. Puisqu'ils avaient un Astarte renégat a leurs trousses.
Taille n'avait jamais rencontré personnellement un de ses surhomme, mais ce qu'elle savait c'est que dans les armures énergétiques se cachaient de véritable machines à tuer. Comment une dizaine de soldats qui n'avaient pas l'habitude de travailler ensemble pourraient venir a bout d'un tel monstre ? Pourtant, l'heure était grave et aucun doute n'étaient permis.

La belle Élonith sentait que le lieutenant commençait à perdre pied, ce qui était mauvais pour le moral des troupes, très mauvais même, il fallait remettre un peu d'ordre et de motivation dans l'escouade, car si chacun commençaient a fuir de son côté l'issue ne pouvait être que la mort ... Autant en finir de suite en sautant du quatrième étage. Par ailleurs l'officier de Tallarn décevait légèrement La jeune Élonith qui aurait pensé que la femme serait beaucoup plus combative.

Taille regardât le lieutenant Djamena dans les yeux, essayant de lui apporter une lueur d'espoir, dans une situation qui devenait funèbre.

- Ça va le faire lieutenant, Vous m'avez sortis de la forêt avec le Capitaine Radja, donc on va le chercher et on le ramène.
- On rejoint le Capitaine, on se positionne a couvert et on les attend, lorsque les autres arrivent à notre hauteur on s'occupe du poursuivant. Si j'ai bien compris l'Astarte s'attend à ce que l'on détale comme des lâches. On doit le combattre sur notre terrain, dans nos conditions et le surprendre. Face à nous tous réunis il n'a aucune chance. Surtout face au fusil plasma que tu portes, il nous reste aussi des grenades si je vois bien.
fit Taille avec un sourire carnassier.

L'éclaireuse regardât le reste de l'escouade qui semblait étourdie.

- On n'a pas de temps à perdre on fonce vers l'escouade de Radja, au premier emplacement propice à une embuscade on se positionne, ça vous va ?

- Je saignerais personnellement à blanc le premier qui cherche à se soustraire à son devoir, je ne permettrais pas la trahison.


Une fois les choses mises au point, Taille invita Sextus à la suivre pour faire le chemin inverse et trouver l'endroit adéquat à l'affrontement qui aurait lieu d'ici peu.
En prenant la grenade que l'Harakoni lui tendait la soldate était perdue dans ses pensées, au fond Taille savait pertinemment qu'en motivant son groupe à combattre elle venait de condamner un nombre conséquent d'entre eux, mais elle se rappelât une chose que ses ancêtres lui rappelaient souvent dans les moments difficiles.


- Celui qui oublie son devoir n’est plus humain, et devient moins qu’une bête. Il n’y a nulle place pour lui, ni dans le giron de l’Humanité, ni dans le cœur de l’Empereur. Qu’il soit abandonné à la mort et à l’oubli.

La présence des Harakoni à ses côtés, apaisait la première classe Tallgott, en première ligne a couvert derrière un empilement de caisses métalliques, estampillées Militarum Auxilla, la ravissante Élonith tenait fermement sa dague dans une main et la grenade du sergent dans l'autre, prête à affronter l'hérétique au nom de l'empereur. Aucun doute n'émanait de la jeune éclaireuse, elle était prête à souiller sa dague dans le sang du renégat s'il le fallait et elle le ferait avec fierté.
Taille Tallgott , Voie du Garde impériale
Profil: For 8 | End 8 | Hab 9 | Cha 10 | Int 9 | Ini 9 | Att 8 | Par 8 | Tir 8 | Foi | Psy | NA 1 | PV 60/60

Lien Fiche personnage:
wiki/index.php/Fiche_Taille_Tallgott

En avant par Feith !

Avatar du membre
Umah Tamblyn
Messages : 25
Enregistré le : 11 juin 2018, 17:57

Re: La seule journée paisible, c'était hier...

Message par Umah Tamblyn » 29 juil. 2019, 20:42

La jeune femme s'était mise en rang avec les autres membres de son escouade. Les autres ne lui faisant apparemment pas confiance pour ouvrir la marche, elle se retrouva donc a l'arrière de la file, fermant la marche. Ainsi, elle ne pourrait mettre personne en danger. Elle décida de rester silencieuse et de garder ses remords et excuses pour elle-même, pour ne pas déconcentrer les autres.

Elle progressa donc avec les autres, quelques mètres derrière le dernier de la file, jusqu'à ce que des tirs ne se fassent entendre, la personne ouvrant la marche n'ayant pas repérer la tourelle placée sur leur chemin. Les soldats tirèrent, même Umah (mais cette dernière, étant derrière, rata ses tirs), et la tourelle fut vite réduite au silence. Dans le silence assourdissant qui suivit, la jeune femme, encore sous le choc de cette attaque rapide et insoupçonnée, regarda la personne ouvrant la marche, marmonnant des trucs a propos "de l’efficacité des ouvreurs de marche".

Puis vint une communication, de l'autre escouade. De ce qu'elle put entendre, l'autre escouade était dans un sacré merdier. Et le pire, c'était que sa propre escouade voulait allez aider. Ils étaient dingues, ou quoi?! Un Astartes, contre une petite escouade de mortels? Elle secoua doucement la tête et jura a voix basse.

"J'espère que vous avez un sacré bon plan, si vous nous envoyez contre un putain d'Astartes.." dit-elle.

Elle regarda la femme qui voulait donner des ordres, qui se disait prête a tuer tout ceux qui se soustrairaient a leur devoir qui, selon elle, était de crever pour une escouade qui était déjà foutue.

"Facile à dire pour vous. Mais un Astartes, c'est pas un simple trouffion comme les soldats qu'on a déjà affronter. Ces... ces trucs se battent depuis des siècles et des siècles, et ils sont plus coriaces que les Peaux Vertes.. Et bien plus malins aussi..."

Elle soupira.

"Je vais suivre les ordres, m'dame.. Sauf si votre plan est merdique. Je refuse de crevée pour la gloire d'un autre ou pour une cause perdue."

Elle serra son arme contre elle.

"Et l'Empereur fait pas grand chose pour nous aider.." marmonna-t-elle, trop bas pour être entendue par les autres.
Umah Tamblyn, Garde Impériale
Profil: For 8 | End 9 | Hab 9 | Cha 8 | Int 8 | Ini 8 | Att 9 | Par 8 | Tir 8 | Foi | Psy | NA 1 | PV 65/65
Lien Fiche personnage: wiki/index.php/Fiche_Umah_Tamblyn

Avatar du membre
Aestaban Geist
Messages : 32
Enregistré le : 20 févr. 2018, 18:53

Re: La seule journée paisible, c'était hier...

Message par Aestaban Geist » 14 août 2019, 01:08

Le problème quand on partait explorer une zone théoriquement alliée comme ils le faisaient actuellement, c'est que souvent, le "théoriquement" avait tendance à devenir le mot le plus important de la phrase. Bien sûr, il ne s'était pas attendu à ce que l'exploration soit de tout repos, mais les premiers niveaux avaient été assez paisibles, si bien qu'Aestaban s'était quelque peu relâché. Tomber sur un os aussi rapidement lui fit l'effet d'une bombe. Et par un os, il voulait dire une tourelle automatique.

Pendant un moment, il avait bien cru que les éclaireurs allaient être retrouvés en petit morceau sanguinolent, mais ils parvinrent à se mettre à l'abri le temps que le reste de l'escouade arrive. Enfin, surtout lui en fait. Pas que les autres soldats se soient révélés absolument inutiles, que nenni ! Une grenade parmi celles lancées parvint même à atteindre la tourelle, c'est dire... Mais toujours est-il que ce fut le caporal qui se retrouva pour le coup à devoir faire la plus grande partie du boulot. D'un coup de fusil bien placé, il parvint à faire taire la création du Mechanicus, non sans fierté. Même Anatoli semblait être relativement impressionné : après sa glissade contre Tamblyn, l'occasion de redorer son blason était trop belle pour que l'Alactran ne la laisse passer. Et s'il pouvait éviter,au reste du groupe de finir en charpie par la même occasion, c'était toujours ça de pris. Orgueilleux, Aestaban l'était assurément.

Néanmoins, il ne fallait pas être un génie pour comprendre que malgré cette victoire temporaire, la situation était loin d'être favorable pour l'escouade.

Premièrement, le fait que cette tourelle les ait attaqués signifiait très clairement que le bâtiment était désormais sous contrôle ennemi. La chose était à prévoir, mais se le voir confirmer d'une manière aussi expéditive faisait toujours un peu bizarre. Geist ne l'avait pas remarqué dans les premiers instants, trop occupé qu'il était à faire le héros, mais la salle était maculée de morceaux de cadavre, de cervelles projetées et de sang étalé sur la surface du sol. Imaginer qu'il aurait pu finir dans cet état s'il n'avait pas fait preuve d'assez d'adresse lui arrache un léger rictus de déplaisir. Autant user de la violence lui avait toujours semblé comme une seconde nature (il venait d'en faire ici la démonstration), mais mourir en conséquence n'était clairement pas dans ses projets.

Puis surtout, second point, ils semblaient ne pas être les seuls à avoir eu quelque léger soucis. Un message vocal les informa rapidement que la deuxième escouade était aussi tombée sur un problème de taille. Des ennemis, des engeances du chaos, ça, c'était à prévoir. Mais s'il y a bien une chose sur laquelle Aestaban ne s'était pas attendu à tomber, c'était bien celle-ci : un Astartes.

Il en avait déjà entendu parler, comme tous les membres de la Garde, et sans doute comme tous ceux de l'Imperium. Des guerriers surhumains, possédant des capacités au-delà de tout ce qu'un homme comme lui pourrait jamais espérer posséder. Les anges de l'Empereur, comme on les appelait parfois. Le problème étant que certains d'entre eux s'étaient tourné en démon. Combattre un Astartes était proche du suicide, même s'il ne semblait ici y en avoir qu'un seul. Il était difficile de différencier la réalité de l'aura mythique qui les entourait, mais vu la panique qui émanait du capitaine Radja, Aestaban n'avait aucun mal à croire que les rumeurs au sujet de ses monstres étaient vrai : s'ils ne se montraient pas extrêmement prudents, sans doute que cette chose n'aurait aucun mal à tous les massacrer. Ce qu'il avait déjà commencé à faire visiblement : l'Alcatran ne put s'empêcher d'hausser un sourcil lorsque le capitaine aborda l'état de Lorenzo. Autant dire qu'il n'allait pas rester le bras croisés.

Ce fut une des éclaireuses qui prit tout d'abord la parole : une locale, s'il avait bien compris, ce qui expliquait sans doute pourquoi il ne l'a connaissait que peu. Pour une raison ou une autre, elle semblait s'atteler à remonter le moral du lieutenant, visiblement dépassé par la situation. Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'elle ne semblait pas avoir froid aux yeux ! Elle s'attendait à quoi sérieusement, taillader l'Astartes à mort avec son couteau à beurre ? C'était à se demander qu'il devait craindre entre elle et lui... Néanmoins, son plan avait le mérite d'être relativement cohérent : sans doute que pour percer l'armure d'une telle machine de guerre, ils allaient avoir besoin des plus gros calibres disponibles.
Tamblyn ne semblait pas franchement enchanté, de son côté, ce qui ne l'étonnant pas réellement.


Mais pour sa part, la décision était d'hors et déjà prise. Il devait suivre les ordres, comme toujours, et aider tout ce petit monde avant que son ami ne se fasse déchiqueter. Dans quoi est ce qu'il s'était encore embarqué...

- Je suis d'accord avec ... Tallgott ? Pas moyen qu'on laisse un ennemi se balader en liberté dans notre dos, Astartes ou pas. Il est seul de ce qu'on en sait, et une autre occasion comme ça ne se présentera sans doute pas. Alors autant en profiter.

Il était un peu anxieux à l'idée d'affronter ce genre de béhémoth bien sûr, mais l'Alcatran commençait doucement à se réveiller. La tourelle n'était qu'un échauffement. Maintenant, il était temps de participer au vrai combat. Et ça, c'était ce qu'il avait toujours fait de mieux.
Aestaban Geist, Voie du Garde impériale
Profil: For 10 | End 9 | Hab 8 | Cha 8 | Int 8 | Ini 8 | Att 9 | Par 8 | Tir 9 | Foi | Psy | NA 1 | PV 60/60
Lien Fiche personnage: wiki/index.php/Fiche_Aestaban_Geist

"Les guerres peuvent être menées avec des armes, mais elles sont remportées par des hommes".
- Un obscur général de Terra

Avatar du membre
[MJ] Rogal Dorn
Maitre de Jeu [MJ]
Messages : 47
Enregistré le : 14 juin 2018, 19:30

Re: La seule journée paisible, c'était hier...

Message par [MJ] Rogal Dorn » 14 août 2019, 12:24

Segmentum Pacificus, Elona, Spatioport Primaris, 999.M41. 01h30.

La soudaine diplomatie et démocratie que tenta d’instaurer Djamena dans l’escouade, n’eut pas l’effet escompté. L’indigène de la planète, la jeune Taille Tallgott prit la parole et s’accapara le rôle de commandement. Anatoli raffermit la prise sur son arme devant une telle insubordination, mais il se calma bien vite lorsque l’élonith dévoila ses intentions et qu’il vit que le caporal Geist allait aussi dans son sens.

Aïcha Djamena était un peu honteuse. Elle n’avait pas voulu faire preuve de faiblesse. Bien que la mort de Madji l’ait clairement affectée, elle avait juste voulu donner à l’escouade les clés de leur destin. Personne ne l’avait visiblement compris, hormis peut-être la seconde classe Tamblyn qui semblait atterrée par les vociférations vindicatives de Taille Tallgott. Quoi qu’il en soit, ils avaient choisis leur destin. Ils allaient affronter cet astartes. Un monstre de muscle et d’adamantium qui pourrait bien les exterminer tous autant qu’ils étaient. Il était vrai que tous ensemble ils pourraient en venir à bout, mais c’était se voiler la face que de croire que cela se ferait sans pleurs et sans larmes.

Aïcha Djamena, rétablit dans son rôle de chef d’escouade après la tirade de Tallgott, entraîna ses hommes au pas de courses dans les couloirs sombres du spatioport. Les cadavres étaient fréquents, mais par chance, il n’y avait nulle tourelle reconditionnée par ici. Les employés de ces bureaux qu’ils traversaient semblaient avoir été massacrés à courte distance par des munitions d’un calibre bien supérieur à leurs propres armes. Surement des bolters, voire pire...

L’escouade 2 ne fut pas simple à trouver car aucun son, aucune fusillade ne semblait émaner du spatioport. Le calme était roi. Bien heureusement Taille avait enregistrée tous le plan du spatioport sur sa tablette de données. Leur course était uniquement rythmée par le bruit de leurs pas et de leur respiration. Ce n’est qu’au détour d’un couloir qu’ils tombèrent nez à nez avec l’escouade de Radja. Dans la panique, tous se visèrent de leurs fusils laser avant d’abaisser leurs armes, conscient qu’ils étaient alliés. Du moins c’est ce qu’essaya de comprendre le caporal Geist. Car l’arrivée en trombe et l’ouverture immédiate du feu par le fameux Astartes le fit paniquer et il ouvrit le feu à son tour sans prendre gare. Vassili en fit les frais. Une décharge laser partit de la bouche du fusil de Geist et heurta violemment la tenue pare-balle du Death Korps de Krieg. Le laser s’enfonça dans ses chairs en grésillant, et dans un hurlement il tomba à la renverse. Un peu secoué par ce qu’il venait de faire, Aestaban regarda les alentours, choqué, voyant tout au ralenti.

L’immense astartes portait une armure d’un gris très sombre aux livrées jaune et noir. Sur son épaulière droite il portait un immense insigne blanc qui représentait un casque de fer. Certains des gardes impériaux présents, parmi les plus érudits, surent de quelle légion de l’Empereur avait autrefois appartenu cet être. Mais c’était du passé. Autrefois un fier et honnête guerrier, vêtu d’une armure d’adamantium immaculée, il était désormais un monstre d’acier sans aucune pitié ni humanité. Son armure avait été reforgée afin qu’elle soit bien plus meurtrières. Des rangées de piques et de crochets métalliques parsemaient son armure afin que les corps à corps deviennent de véritables carnages. C’est d’ailleurs vers ce type de combat qu’il se rua. Le Capitaine Ali Radja semblait être sa cible. En pleine course, l’astarte lâcha une rafale de bolts en direction de Marcus. L’héroïque major qui avait pu permettre la fuite de son escouade au moyen d’une grenade photonique, fut fauché par les munitions explosives du bolter. Les bolts se plantèrent dans ses genoux avant d’exploser. Le pauvre homme se retrouva au sol, sur ses moignons. Le hurlement terrible qu’il poussa n’épargna personne. Empli de colère, son frère d’armes harakoni ouvrit le feu sur le traître en hurlant les pires jurons que pouvaient connaître un militaire. Personne ne le vit, mais derrière la verrière teintée de son casque carapace, Sextus lâcha une larme qui roula longuement sur sa joue. Elle ne put sécher que grâce à la chaleur que dégageait le fusil radiant laser utilisé à son plein potentiel.

Approchant dangereusement d’Ali Radja, le capitaine de l’escouade ne put son salut que grâce à un tir très bien ajusté de Tamblyn dans une jointure au niveau du genou de l’armure du Space Marine. L’Iron Warriors posa un genou au sol, visiblement affecté par ce tir de la jeune femme. Tous, hormis Djamena et Taille, profitèrent de ce moment de répit pour faire feu de toutes leurs armes. L’armure noircie et fuma, l’astartes grogna. Il semblait salement amoché, mais bien décidé à ne pas mourir. Ces gardes avaient attisés sa colère et cette dernière était bien plus forte que tout autre sentiment. Ces vermisseaux du faux-empereur devaient mourir. Dans un acte douloureux et courageux, l’astartes se remis debout en grognant, et d’une main, mis en joue le Capitaine Ali Radja. De l’autre main, l’astartes dégoupilla une grenade qu’il lança en direction dans le tas. Tous se mirent à couvert sauf trois personnes. Le capitaine Ali Radja, paralysés par le monstre d’acier qui se tenaient devant lui et qui le visait de son énorme bolter. Le Major Marcus qui ne pouvait pas bouger et qui perdit définitivement ses membres inférieurs avec l’explosion de la grenade antichar. Et enfin, Aïcha Djamena qui lâcha une énorme salve de son lance plasma. Celle-ci transperça l’armure du Space Marine de part en part. Ce dernier, surpris, baissa son arme, regarda son bas ventre, puis dans un grognement amplifié par son vox, il tomba en arrière.

Tous les soldats plaqués au sol se relevèrent progressivement, plein de poussières, se demandant ce qu’il s’était passé et pourquoi une forte odeur d’ozone planait dans le couloir. Cette réponse était devant eux. Aïcha Djamena se tenait fièrement, son lance plasma encore fumant. Elle décocha un grand sourire ironique à Kaitlyn Galate qui ne put râler, tant l’acte de la lieutenant avait été admirable. Malgré les tirs incessants, rien n’avait pu mettre un terme à la vie de l’astartes. Elle seule y était parvenue. Le Space Marine, gisait au sol, éventrée, ses lentilles optiques éteintes. Seul l’énervant vrombissement du moteur de son armure énergétique témoignait de sa vie passée.
Reprenant leurs émotions, ils se bousculèrent tous au chevet des blessés. Vassili grognait sa colère vis-à-vis du Caporal Geist alors que Borodine lui prodiguait des soins sur son épaule amoché. Sextus était penché sur son supérieur, l’air triste. Marcus était au bord de la mort. Son sang s’écoulait à flot de son tronc qui avait autrefois servi de base pour ses jambes. Il y avait très peu de chances pour que Marcus survive. La blessure était très grave et il serait un lourd fardeau pour la suite s’ils devaient le traîner jusqu’à un lieu plus sûr. Sextus le savait, mais il ne pouvait s’y résoudre. Marcus avait été son supérieur depuis bien des années et il lui avait tout appris. Il ne pouvait l’abandonner là. Qu’aurait-il fait à sa place ? Il n’en savait rien, et le Major était dans l’incapacité de lui répondre, tant il délirait sous les effets de la douleur. Lorenzo, lui, jurait de tous les noms. Il était blanc comme un linge et il n’avait pas encore pris pleinement conscience de la perte de son bras gauche. Qu’est-ce qu’il s’est passé, qu’est-ce qu’il s’est passé, répétait-il sans arrêt à l’intention de Kaitlyn Galate qui faisait de son mieux pour le soigner. Par chance le bras avait été « proprement » arraché, il ne restait pas de résidus métalliques. Le lieutenant s’acharnait à faire stopper l’hémorragie, mais en vain. Chaque nouveau bandage se teintait instantanément de sang. Après plusieurs essais, Galate se résolut à laisser comme ceci pour l’instant. Lorenzo devrait tenir comme ça en attendant des soins meilleurs.
Jet de soins de Kaitlyn Galate (HAB)= 14. 11 HAB + Bonus +2= 13 (Echec)
A des centaines de mètres de là, dans un couloir baigné de sang, le cadavre éclaté de Madji attendait bien sagement. Était-il condamné à reposer ici ?

Alors que les soins médicaux atteignaient leurs paroxysmes et que le teint de Radja passait de blanc albâtre à beige clair, une alarme se fit entendre dans tout le bâtiment et des gyrophares rouges se mirent à clignoter intensément. Visiblement le courant n’était pas totalement coupé dans le spatioport. Ou peut-être n’était-il pas à la disposition de tout le monde. Au vu des événements récents il était très probable que l’alarme ait été déclenchée pour eux. Il fallait agir et promptement. Mais comment ? La morale, la mission ou la fuite ?

Avatar du membre
Taille Tallgott
Messages : 49
Enregistré le : 09 juin 2018, 06:25

Re: La seule journée paisible, c'était hier...

Message par Taille Tallgott » 01 sept. 2019, 17:50

L’affrontement n’avait duré que quelques instants et comme Taille l’avait prévu l’Astarte renégats avait plié sous le nombre. Même si la stratégie avait fonctionné elle ne se permettrait pas d’affirmer que Radja ou Djamena n’avaient pas l’étoffe de meneurs surtout qu’elle ne les connaissaient pas beaucoup. Pourtant au fond d’elle elle savait que sa place n’était pas dans les soldats du rang, un jour ou l’autre c’est elle qui donnera les ordres…

Le lance plasma du lieutenant Djamena avait mis fin à la misérable existence du renégat, malheureusement l’audace des gardes impériaux leur avait coûté des vies.
C’est là que résidait la puissance de l’imperium noté noir sur blanc dans le Credo Imperialis, et il leur fallait des dirigeants inflexibles. La jeune soldate souriat intérieurement de ses pensées en se voyant vêtue d’un uniforme de commissaire…

Taille venait tout juste de retrouver Anoki, la seule personne à qui elle tenait dans ce groupe hétéroclite et pourtant la première classe Tallgott était attristée par la souffrance du major.
Elle venait de voir tomber un homme qu’elle commençait tout juste à apprécier. Heureusement elle avait enfin retrouvé son jeune compagnon Élonith et elle s’était d’abord empressée de le rejoindre pour s’assurer qu’il n’avait pas été blessé pendant l’affrontement. En se mettant à ausculter rapidement son compatriote à la recherche d’éventuelles blessures.

— Tout va bien Ani ? — Tu as toujours ta cornemuse ? fit-elle en voyant dépasser un des becs de l’instrument du barda du soldat.

Malgré la joie que Taille éprouvait de retrouver son ami sain et sauf, dans l’immédiat la jeune Élonith ne pouvait se résoudre à abandonner le major Marcus. Et invita instantanément son morceau d’Elona a la suivre pour rejoindre Sextus.
Le corps meurtri du major Marcus gisait au sol, au bord de la mort, Sextus était à son chevet et semblait au bord de la folie.
Elle se penchât sur le corps délirant du sous-officier et s’adressa à Sextus qui paraissait au bord de la crise de nerfs.

— On ne peut pas le laisser comme ça, tu as quelque chose pour le soulager ? J’ai de la peau synthétique, ça peut peut-être stopper l’hémorragie ?

Taille ne prendrait pas part au débat sur la poursuite ou non de la mission, préférant faire tout son possible pour Marcus avec le soutient d’Anoki bien entendu.
La belle Élonith se doutait bien que le lieutenant Djamena avait dû se remettre de son coup de mou suite à sa victoire face à l’Astarte et saurait parfaitement conseiller le capitaine Radja dans la marche que la section devrait suivre pour le déroulement de la mission.
Taille Tallgott , Voie du Garde impériale
Profil: For 8 | End 8 | Hab 9 | Cha 10 | Int 9 | Ini 9 | Att 8 | Par 8 | Tir 8 | Foi | Psy | NA 1 | PV 60/60

Lien Fiche personnage:
wiki/index.php/Fiche_Taille_Tallgott

En avant par Feith !

Répondre