[Erek] Ascension

La Sainte Terra est le cœur de l'Imperium et le berceau de l'humanité. C'est là que se trouve l'Empereur au sein du Palais Impérial, là également que siègent les Hauts Seigneurs de Terra. Elle est l'étape finale du pèlerinage de la Voie du Pèlerin.

Image
Répondre
Avatar du membre
[MJ] Malcador
Maitre de Jeu [MJ]
Messages : 51
Enregistré le : 04 juin 2018, 00:28

[Erek] Ascension

Message par [MJ] Malcador » 11 juin 2018, 23:18

Incarner l'Apocalypse Acte I : Ascension

La mort d’un seul peut prévenir un conflit bien plus meurtrier.
Image
Terra, berceau de l'Humanité, lumière de millions de mondes.

Profondément enfouies sous sa glorieuse surface, les chambres millénaires du temple Eversor fourmillent d'une activité qui jamais ne cesse. En ces lieux, les candidats ayant survécu au voyage initiatique à bord des vaisseaux de la mort de l'Officio Assassinorum s'entraînent sans trêve ni repos, dix années durant, pour peut-être devenir un jour l'une des armes les plus redoutées sur lesquelles l'Imperium puisse compter. Mais se voir accorder cet insigne honneur, chacun d'eux doit affronter des épreuves à nulle autre pareille, touchant aux limites de ce que la psyché humaine peut même supporter. Ceux qui survivent assez longtemps aux pièges mortels de ces murs, aux duels impitoyables, aux douleurs indicibles du conditionnement tant physique que mental, auront peut-être le privilège de finir leur formation sous la férule d'un Maître Assassin de leur ordre.

Après huit longues années de survie sur le fil du rasoir, Erek Werkin touche peut-être au but...

La chaleur est étouffante. L'air, torride.

Au fin fond de l'une des chambres les plus profondes du Temple, Erek attend, silencieux, le regard rivé devant lui. Une demi-douzaine de silhouettes encapuchonnées s'affairent autour de lui, vérifiant avec déférence jusqu'au moindre détail de sa condition physique.

Deux d'entre eux portent sur un brassard un insigne de l'Officio Medicae. Leurs mouvements sont précis, alors qu'ils achèvent de l'équiper d'un étonnant harnais comportant deux injecteurs, proche de chacun de ses deux cœurs. Une mécadendrite, pour l'instant inanimée, est positionnée proche de son bras gauche, une imposante batterie de seringues prêtes à l'emploi. De longs doigts tâtent sa peau synthétique, d'un noir de jais, du cou jusqu'aux orteils, s'assurant de son état. Les écrans clignotent, et une voix monocorde et robotique grésille un instant, retransmise par un serviteur difforme, encastré dans le mur du temple.


"Templier, votre prochaine épreuve est imminente.
Veuillez prêter la plus grande attention à ces instructions."


Autour de l'apprenti assassin, les sbires en robes poursuivent leur tâche sans broncher, appliquant maintenant nombre de patchs sur différentes parties de son corps, sans pour autant l'informer des stimulants dont ils sont chargés.


"Ce défi inédit dans votre entraînement exige que vous soyez capable de concilier résistance aux températures extrêmes, objectifs d'action, et une charge de stimulants plus intense que jamais."

L'assassin en devenir sait qu'il peut compter sur ses implants et son conditionnement pour lui donner les moyens techniques nécessaires au maintien d'un équilibre entre les drogues que l'on déverse dans son organisme. Mais l'enjeu est de taille, cette fois : suffisamment pour lui faire oublier les seringues qui s'enfoncent vivement en divers points de son bras.


"L'honoré Grand Maître Orpheus assiste aujourd'hui à votre épreuve pour évaluer vos progrès."

Comme un seul homme, les acolytes encapuchonnés reculent, et commencent à refluer prudemment, disparaissant par un couloir dérobé. Une paroi coulissante se referme derrière eux, tandis qu'une autre s'ouvre, libérant l'accès à un immense hall. Lorsque l'assassin s'avance, ses sens déjà surentraînés lui indiquent que la température ambiante commence à s'élever dangereusement, tandis que ses veines semblent déjà bouillir sous l'effet des stimulants.


"Ordre de mission : élimination."
Image

Avatar du membre
Erek Werkin
Messages : 25
Enregistré le : 05 juin 2018, 10:23

Re: [Erek] Ascension

Message par Erek Werkin » 12 juin 2018, 21:38

Je suis dans une pièce isolée, au fin fond du Temple. La chaleur y est étouffante.

Autour de moi, des silhouettes s’animent, me tâtent, me touchent, vérifient ma combinaison, de la tête aux pieds mais je ne leur prête aucune attention. Je suis entièrement concentré sur ce qu’il va se passer.

Dire que ce manège dure depuis huit années, huit longues années durant lesquelles j’ai grandi, j’ai appris et surtout plus important, j’ai survécu.
Mais de ces huit années, je n’ai que quelques souvenirs, perdus dans un brouillard qui hante mon esprit. Je ne détecte que quelques fragments fugaces, qui disparaissent quand j’essaye de les saisir.
On m’installe une sorte de harnais, avec deux seringues, au niveau de la poitrine, c’est à ce moment qu’un souvenir survient, dont je me saisis avec hâte et qui, surprenamment, ne disparait pas, une fois effleuré par mon esprit.

Du brouillard sort alors un enfant immobile, attaché à une table, une sorte d’instrument garni de multiples pointes et seringues se penchant doucement vers lui, deux silhouettes s’éloignant rapidement, un trou minuscule à l’emplacement du cœur. Ensuie vient une autre table, un autre enfant attaché, j’y vois un enfant en larmes les yeux écarquillés, ouvrant la bouche, sans doute afin de pousser un hurlement que je n’entendrais jamais dans ce souvenir avant qu’il ne soit happé par les silhouettes ténébreuses. Après quelques minutes où je peux distinguer des liens qui bougent sans cesse et où je ne peux qu’imaginer des hurlements, l’enfant apparaît peu à peu, le corps secoué de spasmes mais relevant la tête et regardant avec crainte les silhouettes s’éloignant vers leur nouveau patient avant de revenir vers sa poitrine et y distinguer quelques chose de nouveau. Un trou au niveau du cœur.

Le brouillard reprend sa place me laissant avec mes interrogations. Cet enfant que j’ai vu se débattre et dont je n’ai pas eu grand peine à imaginer les hurlements, serait-ce moi ? Cela m’est difficilement imaginable. Un enfant aussi criard n’aurait pu survivre à notre entrainement, il s’agit sans doute d’un des nombreux disparus. Il s’agit de la seule explication plausible. Mais dans ce cas, pourquoi aurais-je ce souvenir d’un inconnu ? Je ne comprends pas et j’ai d’autres choses à m’occuper actuellement.
Je reviens légèrement à ce qui se passe hors de ma tête, tandis que l’on étudie ma combinaison, qui me rappelle également des souvenirs, j’espère qu’il s’agit de véritables souvenirs.

Surgissent alors deux adolescents, je n’entends pas ce qu’ils se disent mais tous deux sont en tenue et ils semblent … discuter. De ce que je vois, l’un deux a un regard bleu glacier tandis que l’autre a un étrange sourire, comme s’il se forçait. Ce sourire, je m’en rappelle. C’est le mien, mon seul souvenir d’avant mon arrivée. Un cadeau d’un vieil ami … fait avec un tesson. C’est d’ailleurs celui avec qui je parle dans mon souvenir qui me l’a fait, Lorn. Très doué d’ailleurs, l’un des rares qui a survécu jusqu’à aujourd’hui. Très compétent, silencieux et sans pitié. Certains entraînements de combat entre nous me reviennent à l’esprit. Tous deux prêts à nous surpasser, vu qu’il n’y avait personne autour de nous, cela devait être en dehors du programme régulier.
Contrairement aux autres, nous avons réussi à travailler en groupe de façon partielle. Pas par confiance, amitié ou autre chose de purement naïf simplement par efficacité.

Je me demande ce qu’il devient d’ailleurs, je l’ai vu hier, sans doute est-il aussi dans une salle isolée, en train de se préparer. A ce stade, il ne reste quasiment que des bons et il faudra trier les « pas assez bons ».

Un crachotement mécanique me fait sortir de mon esprit embrumé et je reviens dans mon corps, entendant alors une recommandation à écouter les instructions.

Je les écoute en silence, tandis que l’on me pose des patchs sur le corps. Un défi conciliant résistance à des températures extrêmes et objectifs d’action, c’est habituel. Mais je réfléchis surtout sur la suite. Une charge de stimulants plus intense que jamais ? Je n’aime pas ça. Avec les doses habituelles, je dois déjà me battre pour garder un contrôle de mes nerfs et un sang-froid qui m’ont aidé plusieurs fois.

Et soudain vient devant mes yeux une sorte de salle vide plongée dans le noir, avec simplement quelques piliers. Mauvais souvenir, la première fois où l’on m’a injecté des stimulants, première fois que j’ai perdu le contrôle.
Je vois un très jeune adolescent courir après un autre, le pourchassant et évitant ses couteaux de lancers, je le vois prendre appui sur un pilier afin de plonger sur sa proie. Et pas la peine de voir, je sens le choc, lorsque les deux apprentis se percutent, je sens, sans l’entendre le rire émaner de l’un d’eux tandis que je sais que je frappe celui à terre, que je prends plaisir à lui briser les os avant de repartir et de le laisser, les os brisés, dans cette salle. J’éprouve du regret en y repensant. Pas pour l’avoir laissé pour mort, il s’agissait de la sélection après tout, non, je regrette de ne pas avoir pû me contrôler.
Sons squelette est peut-être encore dans la salle.

A cette pensée, le brouillard de mon esprit devient plus sombre, comme si les stimulants réagissaient à ce souvenir. Hors de question que je me laisse encore submerger, j’ai réussi à contenir en partie la perte de conscience à chaque utilisation mais cette fois, il y a des risques que le brouillard noir absorbe ma conscience, peut-être pour toujours.

Un autre crachotement et je reviens au Temple, non sans me méfier du brouillard. La nouvelle annonce me surprend. Un Grand Maître vient donc honorer notre entraînement de sa présence.
Ce genre d’évènement est tout à fait exceptionnel, et il conviendra donc encore plus de donner le meilleur de moi-même.

Je remarque que toutes les personnes présentes autour de moi ont disparu et je m’avance vers une ouverture qui vient de se créer.
Mon corps saturé de stimulants est prêt au combat et, tandis que la chaleur monte, je murmure en entendant le sempiternel ordre de mission.

« Donnons au Grand Maître une Elimination digne de lui. »
Modifié en dernier par [MJ] Malcador le 12 juin 2018, 21:43, modifié 1 fois.
Raison : +6 xp (total 6).
Tu ne le contrôleras jamais.

Tu es si naïf ...

Erek Werkin, Voie de l'Assassin Eversor
Profil: For 8 | End 8 | Hab 9 | Cha 8 | Int 8 | Ini 8 | Att 10 | Par 8 | Tir 9 | NA 1 | PV 60/60
Lien Fiche personnage: wiki/index.php/Fiche_Erek_Werkin

Avatar du membre
[MJ] Malcador
Maitre de Jeu [MJ]
Messages : 51
Enregistré le : 04 juin 2018, 00:28

Re: [Erek] Ascension

Message par [MJ] Malcador » 18 juin 2018, 14:47


L'immense hall s'ouvrant devant Erek aurait aisément pu héberger un groupe de combat de l'Astra Militarum, blindés inclus, s'il n'avait été empli de diverses antiques machineries datant probablement d'une ère oubliée de l'Histoire. Une telle infrastructure souterraine aurait aussi bien pu être antérieure à l'avènement de l'Empereur-Dieu de l'Humanité, encore que la fonction de pareils engrenages, profondément enfouis à des kilomètres sous la surface, demeure un mystère.

Le futur assassin faisait face à ce qui pouvait ressembler à une allée centrale, plongée dans un éclairage rougeâtre, dont l'extrémité se perdait dans le lointain. Contre les murs, plus en hauteur, de part et d’autre de son champ de vision, d’étroites rangées de passerelles surplombaient les machineries en contrebas. La visibilité était déplorable au-delà d'une certaine distance, des bouffées de vapeur -du moins à ce qu'il semblait- jaillissant par intermittences des grilles composant le sol sur lequel Erek s'avançait prudemment. Pour ajouter à ces conditions déjà peu favorables à la recherche d'une cible, ses sens augmentés lui relayaient la cuisante certitude que la température ambiante, déjà considérable, était en hausse soutenue. En dépit de son entraînement et de la protection de la peau synthétique protégeant son épiderme, le jeune homme pouvait sentir avec certitude que cette épreuve ne saurait trop s’éterniser.

Son corps entier brûlait par ailleurs de la dose considérable de stimulants libérée quelques instants plus tôt dans son organisme. L’afflux de stimulus, relativement ténu lors des premières secondes, était maintenant presque hors de contrôle, un rugissement ardent déchaîné dans ses veines. Mais à en juger par le harnais dont il était équipé, intégrant deux injecteurs automatisés, cela ne serait peut-être pas suffisant pour surmonter cette épreuve-ci.

Des bruits de pas retentissent au loin, trop sourds pour pouvoir encore les localiser précisément. La cible, si c’est elle, est peut-être en mouvement. Il faut s’activer.


Dosage des stimulants

L’un des objectifs de cette épreuve pour Erek est de faire usage d’un vaste panel de stimulants, en apprenant à utiliser ses implants cérébraux en conjonction avec des conditions éprouvantes. En effet, son futur mode opératoire d’Eversor fait la part belle à ce mode opératoire… non encore maîtrisé.
A chaque message, tu peux essayer de contrôler / juguler / composer ton propre dosage de stimulants. Un test d’END sera tenté, décidant de la tournure -heureuse ou malheureuse- de ton initiative.

A des fins de simplifications, tu n’as accès pour le moment qu’à quelques stimulants, parmi ceux détaillés par le Wiki. Des effets seront générés pour ton aventure qui pourront varier selon le résultat de ton jet d’END.

N’oublie pas le Détox.

Avatar du membre
Erek Werkin
Messages : 25
Enregistré le : 05 juin 2018, 10:23

Re: [Erek] Ascension

Message par Erek Werkin » 18 juin 2018, 22:22

L’ouverture que j’ai empruntée m’a mené dans une immense salle. Cette salle est étrange, elle est remplie d’engrenages mystérieux que je vois pour la première fois, et disposant de diverses passerelles surplombant cet endroit qui servirait d’arène, mais auxquelles les apprentis auront accès.

Visiblement, tout cela date d’avant l’arrivée de l’Empereur-Dieu mais à quoi cela aurait-il pu servir ? Baste, ce n’est pas le sujet pour l’instant, je dois défendre ma vie dans un nouvel entraînement en vue de devenir un Eversor, une arme vivante au service de l’Empereur-Dieu lui-même.

Mais quelque chose me perturbe dans la salle, pas seulement les machineries étranges, non, je parle de cette chaleur. J’ai l’impression qu’elle augmente de plus en plus.
Serait-ce une épreuve de vitesse, d’endurance ? Devoir tuer son vis-à-vis avant de périr par la chaleur de cette pièce ?
Même malgré mes divers entraînements et mon équipement, je sues à grosse gouttes, ce qui me permet de savoir pertinemment qu’il faudra rapidement mettre un terme à cette épreuve.

Tout à mes réflexions, je n’avais pas remarqué ce que je redoutais. Le brouillard de mon esprit est devenu noir, cela faisait si longtemps que je ne l’avais pas vu de cette couleur, cela ne m’avait aucunement manqué d’ailleurs. Pourtant, je ne ressens rien qui puisse provoquer ce brouillard. Les stimulants n’auraient-ils eu aucun effet ?

À ces mots, je commence à sentir une démangeaison dans mes veines, avant de sentir des mouvements sous ma peau, comme si une colonie d’insectes s’était installée dans mon organisme et avait décidé d'en faire l'entière visite. Les stimulants ont visiblement eu de l’effet, et vu l’impact à peine injecté, je pense qu’une fois assimilé, ce mélange se révélera détonant.

Je tapote légèrement sur les quelques injecteurs de mon harnais, chacun disposant de stimulants divers et variés. Vu mon état actuel, je ne compte pas les utiliser pour le moment, j’ai besoin d’un esprit clair et tomber sous la coupe du brouillard me semble vivement déconseillé.

C’est à ce moment qu’une douleur commence à s’installer, pas une simple gêne comme une démangeaison, une véritable douleur, certes encore minuscule, mais néanmoins existante. Je vais devoir intercepter ma cible rapidement si je ne veux pas qu'elle me mette en danger au pire moment.

J’analyse alors les diverses possibilités autour de moi alors que j’entends, au loin, un pas lent. Mon adversaire, sans aucun doute.

J’élimine immédiatement les machineries. Mon but est de trouver l’adversaire, si je commence à me cacher, cette épreuve n’en finira pas et j’ai comme l’intuition que la chaleur ira en empirant.
Il me reste la possibilité d’attendre. Je connais le terrain sur lequel je suis actuellement, mais je n’ai pas pour habitude d’être dans le rôle de la proie. Je me vois donc mal attendre simplement qu’il vienne m’égorger. Là encore, je préfère abandonner cette idée.

J’ai la possibilité également de foncer droit devant, là ou je crois percevoir les pas. Je pourrais profiter d’un effet de surprise et cela lui laissera également moins de temps pour se préparer. Le principal inconvénient est que je n’ai absolument aucune idée de ce sur quoi je peux tomber. Il suffit qu’il soit gavé de stimulants et je vais droit à ma mort. C’est peut-être ce que j’aurais fait machinalement si la brume me contrôlait, mais pour le moment, je veux compter sur un esprit encore un peu lucide pour faire mon choix.

Il ne reste alors que les passerelles. Je risque d’avoir quelques soucis, le temps de monter, il pourrait très bien m’agripper et me mettre dans une très mauvaise posture. Toutefois, une fois installé en haut, je bénéficierais d’un avantage de taille, en pouvant lui tomber dessus d’un endroit difficile à contrôler. Ça me permettra également de le voir venir et, dans le cas où il est déjà parvenu à escalader, nous serons à armes égales.
Je ne suis pas assez stupide pour penser que je pourrais le mettre hors d’état simplement en le surplombant, nous avons trop d’expériences et de compétences pour nous faire avoir si grossièrement. Nous ne serions pas à ce stade, dans le cas contraire. Mais l’avantage est considérable et il y a donc des chances que nous nous retrouvions à deux sur cet espace surélevé, s’il a eu la même logique que moi.

Mon choix est fait : Escalader et attendre qu’il se rapproche. Mais il y a visiblement plusieurs niveaux alors, lequel choisir ?

Après une rapide réflexion, je préfère rester au premier niveau, cela me permettra d’avoir de la hauteur, mais également de ne pas être trop visible, ni de trop m’exposer durant la montée.

Je m’avance alors, lentement, tentant de faire le moins de bruit possible alors que je monte au premier niveau et je m’installe, attendant mon opposant en silence alors que la douleur commence à prendre encore plus d’ampleur dans mon corps.

Tandis que j'entends son pas régulier, je me force à rester calme, malgré le feu dans mes veines.

Une fois qu’il sera arrivé, je verrais ce que je vais tenter comme approche … et si ça implique également la perte de mon esprit.
Modifié en dernier par [MJ] Malcador le 18 juin 2018, 22:25, modifié 1 fois.
Raison : +6 (total 12).
Tu ne le contrôleras jamais.

Tu es si naïf ...

Erek Werkin, Voie de l'Assassin Eversor
Profil: For 8 | End 8 | Hab 9 | Cha 8 | Int 8 | Ini 8 | Att 10 | Par 8 | Tir 9 | NA 1 | PV 60/60
Lien Fiche personnage: wiki/index.php/Fiche_Erek_Werkin

Avatar du membre
[MJ] Malcador
Maitre de Jeu [MJ]
Messages : 51
Enregistré le : 04 juin 2018, 00:28

Re: [Erek] Ascension

Message par [MJ] Malcador » 02 nov. 2018, 12:37


Le plan d’Erek était simple mais bien pensé : considérant que tout avantage était bon à prendre, il avait opté pour prendre de la hauteur. Toutefois, alors même qu’il progressait dans son entreprise pour atteindre la première coursive, les bruits de pas gagnèrent en puissance. Ou semblèrent, tandis que dans le même temps débutait un concert de sifflements et grincements divers. Certaines machineries de l’immense salle devaient s’être activées, résultant en un important bruit de fond. Peut-être les "pas" entendus jusqu'alors n'étaient finalement que le martèlement régulier de quelque automate ?

La question fut rapidement tranchée, dans la mesure où Erek repéra son adversaire, une cinquantaine de mètres plus loin, se hissant sur la même coursive. L'ayant repéré à son tour, l'individu-cible se dirigea lentement mais résolument vers lui, prenant parfois appui sur la rambarde de la plateforme. Équipé en tout point comme Erek, l'individu avait toutefois pris soin de ramasser une barre métallique, longue d'un peu moins d'un mètre, pour s'en servir d'arme improvisée.

Lorsque les deux aspirants assassins ne furent plus séparés que d'une dizaine de mètres, leurs regards se croisèrent enfin. Celui de l'adversaire d'Erek était familier, d'un bleu glaçant, emprunt de détermination.

Un sang bouillant courait dans leurs veines sous l'effet des stimulants, leur insufflant une rage artificielle, alors que chacun des deux protagonistes se faisait une raison quant à ce que le Temple attendait d'eux.

Navré de l'absence, reprenons en essayant de rattraper le temps perdu.

Répondre